Santé : que faut-il savoir sur le rivotril ?

par Dezat Bien-être
0 commentaire 221 vues
Rivotril interdit : en savoir plus sur les raisons

Le rivotril est un médicament contenant du clonazépam, une substance de la famille des benzodiazépines. Il est utilisé pour soulager les troubles compulsifs liés à l’épilepsie. Il est commercialisé en pharmacie sous forme de gouttes ou de comprimés sécables. Cependant, en 2012, la prescription de ce médicament a été restreinte. Que faut-il savoir sur le rivotril ? Le point ici.

Quelles sont les raisons de la restriction du rivotril ?

En 2011, l’agence du médicament annonçait un durcissement des conditions de prescription du rivotril (clonazépam) pour plusieurs raisons.

Une utilisation détournée du médicament

Depuis janvier 2012, jusqu’en 2020 où la restriction de la prescription du rivotril a été levée, seuls les neurologues et les pédiatres pouvaient décider de prescrire ce médicament à un patient. En réalité, les autorités ont constaté que le nombre de prescriptions des gouttes ou des comprimés de rivotril en dehors des indications prévues était très élevé. De nombreuses personnes s’en servent pour traiter des douleurs neurologiques.

De même, les personnes dépendantes à la drogue se servent du médicament de manière détournée pour profiter de son effet sédatif. Un phénomène qui amplifie la falsification des ordonnances. Une enquête a également montré que des malfrats utilisent l’effet sédatif du produit pour soumettre leurs victimes à leur volonté. Sous l’action du rivotril, les victimes oublient également ce qui s’est passé.

Quelles sont les raisons de la restriction du rivotril ?

Des effets secondaires importants

L’utilisation des gouttes ou des comprimés de rivotril peut entrainer de nombreux effets secondaires sur la santé. On pense notamment à :

  • une augmentation du nombre de crises convulsives ;
  • des hallucinations ;
  • des pensées d’automutilation ;
  • des troubles de l’élocution ;
  • des symptômes de réaction allergique grave.

Ces effets néfastes peuvent mettre la vie du patient en danger. C’est pourquoi il est recommandé d’arrêter la prise du rivotril quand vous remarquez l’un de ses effets secondaires sur la santé.

Par ailleurs, le patient peut ressentir des symptômes similaires à ceux du côlon irritable (diarrhée, nausées, céphalées). Dans ce cas, vous devez en discuter avec votre médecin. De même, des séances de sophrologie peuvent s’avérer efficaces pour soulager vos symptômes.

Un risque de dépendance

Comme de nombreux médicaments de la famille des benzodiazépines, le rivotril présente un risque de dépendance. D’ailleurs, un arrêt brusque du traitement peut entrainer des symptômes de dépendance (convulsions, tremblements, diarrhée). Les médecins recommandent donc d’arrêter le traitement en réduisant progressivement la dose initiale du produit.

Le rivotril peut également entrainer des changements d’humeur et des signes de dépression. Vous devez donc informer votre médecin si vous souffrez de dépression pour qu’il sache la dose de médicament à vous prescrire.

Pourquoi la restriction du rivotril a été levée ?

Pourquoi la restriction du rivotril a été levée ?

En janvier 2012, la prescription du rivotril a été restreinte. Toutefois, depuis 2020, la restriction a été levée. En effet, en 2020, en raison de la crise de la COVID 19 en France, on a remarqué une pénurie du midazolam. Alors, la restriction a été levée pour permettre l’utilisation du médicament pour pallier les situations d’anxiolyse et pour pratiquer la sédation sur certains patients. On pense notamment aux personnes trop fragiles pour supporter la réanimation ou qui souffrent d’une détresse respiratoire.

Le rivotril permet de soulager le malade en fin de vie en le mettant dans un état de sédation profonde quand aucune solution curative n’est envisageable. Il faut retenir que la restriction est levée jusqu’à la fin de l’état d’urgence en raison de la COVID 19 en France.

Articles similaires

4.5/5 - (2 votes)

Vous pourriez aussi lire ceci

Laissez un commentaire